Ottawa, ON – le 11 février 2021 : Pour la Journée nationale du 211, Centraide United Way Canada a publié de nouvelles données et les résultats d’une enquête selon lesquelles de nombreux Canadiens ont pour la première fois de leur vie des difficultés à payer leurs factures et des problèmes de santé mentale, et ce, en raison de la pandémie COVID-19.

Voici ce que révèlent une enquête menée auprès des Canadiens et les données du 211 : 

  • 19 % des Canadiens interrogés affirment ne pas avoir pu payer une ou plusieurs factures depuis le début de la pandémie.
    • Parmi eux, 73 % affirment ne jamais avoir eu de problèmes à payer leurs factures avant la pandémie.
  • 12 % des Canadiens interrogés affirment avoir ressenti de l’insécurité alimentaire à un moment donné depuis le début de la pandémie.
    • Parmi eux, 63 % affirment ne jamais avoir ressenti d’insécurité alimentaire auparavant.
  • La pandémie a des répercussions négatives sur la santé mentale des Canadiens :
    • 76 % des Canadiens affirment que la pandémie a eu des effets sur leur santé mentale.
    • 57 % affirment qu’elle a entraîné du stress, 55 % affirment qu’elle leur a causé de l’anxiété, 36 % affirment qu’elle les a plongés dans une dépression.
    • Il y a eu une augmentation spectaculaire du nombre de fois où les Canadiens ont fait appel au 211 en janvier 2021 par rapport à août 2020 pour obtenir des conseils (276 %), un soutien en santé mentale (112 %) ainsi qu’une évaluation et un traitement en santé mentale (105 %).
  • Le nombre d’appels au 211 de mars à décembre 2020 a été de 30 % supérieur aux appels reçus pendant la même période en 2019.
  • Depuis mars 2020, les principales raisons qui poussent les gens à s’adresser au 211 sont :
  • L’accès aux denrées alimentaires;
  • L’aide financière;
  • Les services de santé mentale et de traitement des dépendances;
  • Le logement; et
  • L’information sur la COVID-19.

Le 211 est un service d’information et de référence gratuit et confidentiel qui dirige les gens vers les services et les programmes gouvernementaux, communautaires et sociaux près de chez eux. Quand une personne compose le 2-1-1, elle parle avec un conseiller qui est formé pour l’écouter et comprendre sa situation particulière dans son ensemble et pour trouver les services de soutien et les programmes susceptibles de lui venir en aide. En moyenne, un appel au 211 peut remplacer sept coups de fil qu’une personne devrait passer pour essayer de localiser les services appropriés qui peuvent répondre à ses besoins.

« Les conseillers du 211 — les personnes qui répondent aux appels — affirment que depuis le début de la pandémie, ils reçoivent un grand volume d’appels de personnes qui n’avaient jamais eu à les appeler pour de l’aide dans le passé, souligne Dan Clement, président-directeur général de Centraide United Way Canada. Ils sont aussi témoins d’une importante augmentation du nombre de personnes en crise. Trouver l’aide dont on a besoin lorsqu’on ressent un haut niveau de stress et d’anxiété peut sembler inconcevable, mais à Centraide United Way Canada et avec nos partenaires du 211, nous travaillons pour que ces personnes soient dirigées vers les programmes et les services qui conviennent à leur situation. »

Dans le cadre de sa réponse à la pandémie de COVID-19, le gouvernement fédéral a versé des fonds d’urgence à Centraide United Way Canada pour augmenter la capacité d’intervention des services 211 et en élargir la portée à tout le pays. Ce service est maintenant offert à l’ensemble de la population canadienne, 365 jours par an.

Le 11 février est la Journée du 211, célébrée pour la première fois dans tout le pays pour sensibiliser le public à ce service. À cette occasion, 38 sites emblématiques, notamment le stade BC Place, la tour de Calgary, les chutes Niagara et la tour CN, de même que les hôtels de ville de Halifax, de Charlottetown et de St. John’s, s’illumineront en rouge pour célébrer la Journée du 211 et rappeler aux Canadiens la disponibilité des services 211 à l’échelle nationale.

Le chef Bryan Larkin, président de l’Association canadienne des chefs de police, affirme que lui et ses membres savent pertinemment qu’il est important de faire en sorte que plus de gens connaissent le 211 comme point d’accès pour obtenir de l’aide.

« Nos agents de première ligne répondent chaque jour à des appels de service de la communauté qui ne sont pas liés à la criminalité. Le stress et l’anxiété engendrés par la pandémie, l’incapacité de se nourrir ou de se loger, de même que la toxicomanie, sont autant d’exemples de véritables urgences pour les personnes, et lorsqu’elles ne savent pas à qui s’adresser, elles se tournent souvent vers le numéro qu’elles connaissent le mieux. Mais nous espérons qu’un meilleur accès au 211 et une meilleure connaissance de ce service permettront de rediriger un plus grand nombre d’appels vers la ligne d’assistance qui peut aiguiller les gens vers le soutien dont ils ont besoin, » explique M. Larkin.

Le 211 est accessible 7 jours sur 7, dans plus de 150 langues, en composant le 2-1-1.